Nice-Matin : Alain Bernard se livre dans une autobiographie, voici pourquoi il ne faut pas la rater.

"Mon destin olympique", l’autobiographie du seul Français champion olympique du 100m nl sort aujourd’hui en librairie. L’Antibois, d’un naturel réservé, n’hésite pas à se "mettre à nu".

Quand on évoque le nom d’Alain Bernard, on pense à ce colosse de 1m96 qui lève les bras rageusement après son titre olympique du 100m nage libre, obtenu à Pékin en 2008. Mais derrière cette image se cache un homme, "sentimental et hypersensible", comme il se décrit dans son autobiographie, avec ses failles.

Un sportif bouleversé par le drame de "Dropped", l’émission de télé qu’il tournait en Amérique du Sud, où Camille Muffat, Florence Arthaud, Alexis Vastine et six autres personnes ont perdu la vie dans un accident d’hélicoptère en 2015. "A chaque date anniversaire du drame et assez régulièrement, je ressens encore une profonde blessure... Sportivement, j’ai vécu des choses fantastiques, aussi de très durs moments où j’ai eu envie de tout lâcher, mais rien de comparable avec ce traumatisme qui me poursuivra toute ma vie", explique l’Azuréen d’adoption de 38 ans, qui avait ramené les affaires de la regrettée Camille Muffat à ses parents après la tragédie.

Ce livre se veut aussi inspirant pour la jeune génération. Il met en avant la trajectoire d’un jeune homme, "discret et frêle", "victime de harcèlement à l’adolescence", longtemps devancé par des garçons de sa génération plus talentueux que lui qui, pourtant, par sa détermination, son travail acharné et la rencontre avec Denis Auguin, son mentor, réussira à toucher le Graal. "Dans l’adversité, j’ai eu la sensation de faire émerger le meilleur".

En conflit avec Agnel et Lacourt, en couple avec Laure Manaudou.

Dans cet ouvrage, Alain Bernard règle aussi quelques comptes avec d’anciens nageurs.

A commencer par Yannick Agnel, l’ex-membre de l’ONN et son cadet de 9 ans, qu’il a vu débarquer en équipe de France. "Après l’affaire grotesque du lit trop petit qui en disait déjà beaucoup (Agnel avait voulu changer de lit avec Hugues Duboscq à Budapest en 2010) - j’avais été échaudé par ses attitudes - Agnel nous abandonnait sportivement désormais, raconte-t-il alors que le Niçois envisage de boycotter le 4x100m nl des mondiaux 2011. Le collectif ne l’intéressait pas outre mesure et cela se vérifiera en 2016 aux Jeux de Rio puisqu’il agira de la même manière en prétextant avoir pris froid".

Camille Lacourt, avec qui les relations se sont désormais apaisées, en prend aussi pour son grade. "Un personnage people qui aura des comportements désagréables à mon égard (...). Son comportement clanique avec ses copains de Marseille et ses attitudes ultra-individualistes me déçurent".

L’ex-nageur révèle également quelques passages de sa vie sentimentale. Bien avant d’être marié - depuis 2020 avec Faustine - on y apprend qu’il a entretenu en 2006 une courte relation avec Laure Manaudou, alors star de la natation française après son titre olympique obtenu sur le 400m en 2004. Une flirt caché qui s’est terminé brutalement avant les championnats d’Europe 2006. "Du jour au lendemain, Laure me zappa. Plus de son, ni d’image. Je le comprendrais quelques jours plus tard, elle avait rencontré Luca Marin..."

Des anecdotes qui démontrent que celui qui a mis un terme à sa carrière sur un dernier titre olympique par équipes en 2012, se livre complètement. Parfois touchante, d’autrefois piquante, mais toujours sincère, cette autobiographie se dévore avec gourmandise.